Arte Concert

Richard Wagner : L'Anneau du Nibelung L’intégrale de la célèbre Tétralogie Le monumental cycle de quatre opéras de Wagner dans une mise en scène de Dmitri Tcherniakov.  regarder


Richard Wagner : L'Or du Rhin
À la Staatsoper Unter den Linden de Berlin

160 min - jusqu'au au 17/02/2023
Enregistré le 19 octobre 2022 à l'Opéra national du Rhin. 

Avec : Anna Lapkovskaja (Flosshilde), Natalia Skrycka (Wellgunde), Evelin Novak (Woglinde), Peter Rose (Fafner), Mika Kares (Fasolt), Stephan Rügamer (Mime), Johannes Martin Kränzle (Alberich), Anna Kissjudit (Erda), Anett Fritsch (Freia), Claudia Mahnke (Fricka), Rolando Villazón (Loge), Siyabonga Maqungo (Froh), Lauri Vasar (Donner), Michael Volle (Wotan)
Direction musicale: Christian Thielemann, Orchestre: Staatskapelle Berlin, Scénographie: Dmitri Tcherniakov, Costumes: Elena Zaytseva, Lumière: Gleb Filshtinsky, Vidéo: Alexey Poluboyarinov, Dramaturgie: Tatiana Werestchagina

Rejeté en raison de son physique disgracieux, Alberich s'empare de l'or du Rhin pour forger un anneau qui lui donnera un pouvoir infini… Mis en scène par Dmitri Tcherniakov et sous la direction musicale de Christian Thielemann, le premier des quatre opéras de la mythique tétralogie de Richard Wagner, retransmis en différé depuis l'opéra Unter den Linden de Berlin. Le Nibelung Alberich, rejeté par les filles du Rhin en raison de son physique disgracieux, dérobe l'or du Rhin pour en forger un anneau qui confère un pouvoir infini. Wotan, le père des dieux, a quant à lui promis aux géants Fasolt et Fafner, la déesse Freia, en échange de la construction du Walhall, le château des dieux. Mais la déesse n'étant pas à vendre, il décide d’offrir aux géants l'anneau d'Alberich, qu’il entreprend de dérober avec l'aide du rusé dieu du feu Loge. Alberich, quant à lui, maudit l'anneau et tous ses futurs propriétaires. Expérience wagnérienne En moins de trois heures, une brièveté inhabituelle chez Wagner, L'or du Rhin, conçu comme un prologue, pose les enjeux dramatiques des trois autres opéras de la tétralogie que sont La Walkyrie, Siegfried et Le crépuscule des dieux, flamboyante épopée sur le pouvoir et l'amour, la guerre et la paix, les effets heureux ou désastreux des passions. Cette nouvelle mise en scène par le Russe Dmitri Tcherniakov (Le Hollandais volant à Bayreuth, Les Troyens, La fille de neige) promet une grande expérience wagnérienne et un écho médiatique bien au-delà des frontières de la scène classique et lyrique. Retransmise en différé de la Staatsoper Unter den Linden de Berlin, cette nouvelle production ouvre la saison lyrique 2022-2023 d’ARTE. Elle réunit notamment la soprano Anett Fritsch (Freia) et la mezzo-soprano Claudia Mahnke (Fricka), les barytons Michael Volle (Wotan) et Johannes Martin Kränzle (Alberich) ainsi que le ténor Rolando Villazón (Loge). Remplaçant le maître des lieux Daniel Barenboim, actuellement souffrant, le chef d’orchestre Christian Thielemann dirige le prestigieux orchestre de la Staatskapelle de Berlin.

OperaVision


JANÁČEK :
De la Maison des Morts
et Messe glagolitique

144 min, jusqu'au 06/05/2023

Les moments les plus sombres de la vie peuvent-ils élever nos âmes? S'inspirant de sa propre expérience dans une prison sibérienne en compagnie de marginaux, de meurtriers et de voleurs, Dostoïevski a écrit son roman Souvenirs de la maison des morts, en déclarant à son frère à l'époque : «Aux travaux forcés, parmi des brigands, j’ai fini par découvrir des hommes, des hommes véritables, des caractères profonds, puissants, beaux. De l’or sous de l’ordure?» L'inspiration de Dostoïevski et la matière première qu’il tire d'un monde carcéral épouvantable trouvent entre les mains de Janáček une forme d'expression encore plus puissante. Dans son dernier opéra, De la Maison des Morts, Janáček ne se soucie pas des conventions et écrit son propre livret, créant librement une série d'histoires sur la vie quotidienne en prison et sur le destin de ses détenus. La distribution est exclusivement masculine et se compose d'un collectif, plutôt que de solistes en interaction: c'est un chœur d'où émergent un par un des orateurs qui racontent leurs histoires. Le plus long monologue de tous, celui de Šiškov, raconté dans le calme de l'hôpital de la prison la nuit, est emblématique de l'opéra: un récit déchirant qui se construit autour d'un thème transcendant et doux. La compassion de Janáček est le fil conducteur de cet opéra, qui est l'une de ses œuvres les plus sombres et pourtant les plus exaltantes. Malgré un final oppressant, Janáček a écrit au début de la partition : «En chaque être brille une étincelle divine». Et c'est cette étincelle qui a inspiré et poussé le Théâtre national de Brno, la ville natale du compositeur, à associer le dernier opéra de Janáček à une œuvre tout aussi distinctive, sa Messe glagolitique. Janáček a déclaré au sujet de sa messe : «Je voulais capturer ici la foi dans la sécurité de la nation, non pas sur une base religieuse, mais sur une base morale, forte, qui prend Dieu à témoin». Cette diffusion en direct du pays de Janáček propose une version scénique de la Messe glagolitique qui prolonge De la Maison des Morts dans une nouvelle édition critique du professeur John Tyrrell, et devrait apporter un nouveau témoignage de la force de la foi en l'homme et du génie du compositeur tchécoslovaque.

DISTRIBUTION DE LA MAISON DES MORTS
Alexander Petrovich Gorjanchikov: Roman Hoza • Luka: Filka Morozov / La femme du cordonnier: Gianluca Zampieri • Skuratov / La femme du prêtre: Peter Berger • Shishkov / Miller: Pavol Kubáň • Le gouverneur de la prison: Jan Šťáva • Aljeja, un jeune Tatar: Jarmila Balážová • Grand prisonnier / Jeune prisonnier / Voix de la steppe de Kirghiz / Acteur: prisonnier / Prisonnier 3 / Elvira: Zbigniew Malak • Prisonnier court / Prisonnier 1 / Forgeron / Chekunov / Femme du meunier: Lukáš Bařák • Shapkin / Prisonnier ivre / Prisonnier joyeux / Voisin: Eduard Martyniuk • Prisonnier à l'aigle / Prisonnier 2 / Kedril / Cherevin: Vít Nosek • Le vieux: Petr Levíček • Prisonnier A / Don Juan / Brahman: Tadeáš Hoza • Prêtre / Médecin: Josef Škarka • Cuisinier / commis: Kornél Mikecz • Prisonnier B / Prisonnier récalcitrant / Chevalier: David Nykl • Putain: Jana Hrochová • Gardien: Vilém Cupák • Aigle: Michal Heriban • Luisa: Edit Antalová • Mère d’Aljeja: Eva Novotná • Akulina: Kateřina Kněžíková • Chœurs: National Theatre Brno Choir • Orchestre: National Theatre Brno Orchestra • Musique: Leoš Janáček • Texte: Leoš Janáček d'après Fiodor Dostoïevski • Direction musicale: Jakub Hrůša • Mise en scène: Jiří Heřman • Décors: Tomáš Rusín • Costumes: Zuzana Štefunková Rusínová • Lumières: Jiří Heřman • Dramaturgie: Patricie Částková • Chefs des Chœurs: Martin Buchta et Pavel Koňárek • Chorégraphie: Jan KodetMESSE

MESSE GLAGOLITIQUE
Soprano: Kateřina Kněžíková • Alto: Jarmila Balážová / Jana Hrochová • Ténor: Peter Berger / Eduard Martyniuk • Basse: Jan Šťáva / Josef Škarka • Chœurs: National Theatre Brno Choir • Orchestre: National Theatre Brno Orchestra

L'HISTOIRE
Partie 1
Un lieu aux confins du monde... Un autre jour se lève, davantage de souffrance... une punition pour ceux qui sont coupables et ceux qui sont innocents mais qui ont atterri ici. Meurtriers, prisonniers politiques, voleurs et vagabonds, tous rassemblés. Un aigle blessé ravive en chacun d’eux le souvenir de la liberté perdue. Un autre condamné est amené, Goryanchikov. En déclarant qu'il est un prisonnier politique, il attise la cruauté du directeur de la prison. Des bribes de récit s'insèrent dans le travail monotone. Skuratov se souvient de Moscou, Luka se remémore le meurtre du major. Quelque part en Sibérie, un autre jour s'achève... C'est l'été et les prisonniers démantèlent une épave sur les rives de l'Irtych. Le garçon tatar Aljeja parle à Goryanchik de sa mère. Des vacances, c'est des vacances ! Des célébrations rompent la monotonie. Pop bénit la nourriture et les prisonniers préparent une représentation de théâtre improvisée. Pendant le repas, Skuratov raconte son amour pour Lujza, pour laquelle il a tué son deuxième prétendant, un vieil Allemand. Les souvenirs et la nostalgie des femmes qu'ils ont abandonnées ou auxquelles ils ont fait du mal sont omniprésents dans l'univers masculin de la prison. La pièce sur le dernier jour de Don Juan commence. Les prisonniers jouent avec vigueur les femmes et les diables, dont Juan finit par tomber amoureux. Le théâtre se poursuit avec une comédie sur une belle meunière qui trompe son mari. Mais la fête se termine tragiquement lorsque Aljeja est blessé lors d'une dispute avec l'un des prisonniers.
Partie 2
Il fait nuit et le sommeil des malades est peuplé de rêves animés. Leurs actes ne cesseront jamais de les hanter. Le vieil homme regarde, prie et pense à ses enfants. Il réalise qu'il ne les reverra jamais. Comme la plupart des prisonniers, il ne quittera jamais cet endroit vivant. Skuratov appelle Lujza dans son sommeil. Shapkin, le vagabond, raconte aux autres la fois où il a été pris en train de voler et comment le commissaire de police l'a tiré par les oreilles. Le récit déchiré de Chichkov se transforme en confession et révèle peu à peu l'histoire d'un amour malheureux pour une jeune fille innocente, Akulina, dont l'honneur a été terni par Filka Morozov par vengeance. Chichkov s'est marié avec elle. Après le mariage, il découvre que l'accusation de Filka était fausse, mais Akulka lui avoue qu'elle aime toujours Filka et qu'elle l'aimera toujours. Chichkov, ivre, la tue. Alors qu'il raconte son acte, Luka meurt à quelques pas de là. Chichkov reconnaît Filka en lui. Son combat contre les morts est interrompu par le vieil homme qui dit : « Sa mère aussi a accouché... » Les gardes appellent Goryanchikov. Le directeur de la prison lui annonce qu'il est libéré, sa mère ayant demandé à ce qu’il soit gracié. Les cris des prisonniers l’accompagnent. « Cours ! », lui crient les gardiens. Goryanchikov part pour une nouvelle vie. Les autres restent dans cet endroit dont on ne revient pas... Après la mort, les âmes errent, emportant avec elles leur culpabilité et leurs remords. Akulina, Lujza, la mère d'Aljeja et d'autres femmes apportent compassion et pardon. Grâce à elles, la rédemption est possible.

Enregistré le 06 novembre  2022 au National Theatre BRNO